” Le corbeau déployait alors ses ailes et planait doucement pour porter un soleil au milieu du ciel. C’était un moment magique ! Un matin, Soleil-le-Dixième dit à sa mère : – Lorsque je me suis couché, l’autre jour, j’ai aperçu Lune-la-Douzième ; elle semblait si triste et si pâle que je l’ai vue à peine quelques secondes.
Je rêve de la rencontrer ! … “